L’importance du réchauffement climatique dans le secteur de l’immobilier

La place du secteur du bâtiment dans l’économie mondiale témoigne de l’importance de la lutte contre le réchauffement climatique dans ce domaine. L’immobilier représente 43% des consommations énergétiques nationales et près de 25% des émissions de CO2. Cela correspond à une tonne d’équivalent pétrole consommé, à une demi tonne de carbone et à près de 2 tonnes de CO2 émises dans l’atmosphère par an et par habitant. Un des leviers d’action pour agir consiste à travailler sur la construction de bâtiments neufs en imposant des normes énergétiques plus sobres. Pour atteindre cet objectif, le plafond de 50kWhep/(m².an), valeur maximale du label « bâtiment basse consommation » (BBC), est la référence dans la construction neuve.

 

L’article 1er  de la loi n°2010-788 du 12 juillet 2010 s’accorde à s’engager sur un plan environnemental (loi Grenelle 1), le législateur a introduit le dispositif des attestations de prise en compte de la réglementation thermique. Le but du dispositif est de contribuer à l’entretien de la performance énergétique des logements neufs en attestant de la prise en charge de la réglementation thermique. L’ensemble des deux documents constitue la clé du processus de construction : à la disposition de la demande de permis de construire et à l’achèvement des travaux de construction d’un immeuble.

Quels enjeux de développement ?

Les requis en termes de réglementations nécessitent des études technico-économiques. L’ensemble a permis de déterminer le point optimal entre le coût de la construction d’un immeuble et le gain supplémentaire en matière de consommation d’énergie et de confort. Les solutions techniques permettent de provoquer une baisse des prix des équipements et matériaux tout en favorisant la concurrence. Chaque solution est adaptée à un type de bâtiment ce qui induit le nombre de combinaison possible afin d’atteindre des coûts de construction proche de ceux actuels. Le gouvernement a pour objectif sur le long terme d’améliorer le pouvoir d’achat des ménages.

Les charges de copropriété englobent les charges liées à l’entretien et à la régulation de l’immeuble, cela concerne également le chauffage et l’éclairage des parties communes. La performance énergétique de l’immeuble permet de forcément baisser les charges de copropriété. L’optimisation de chaque logement est calculée afin de procurer un maximum de confort pour tous les particuliers.