Le prix moyen d'un logement en hausse en 2018, c'est le moment d'investir

Investir
Le prix moyen d'un logement en hausse en 2018, c'est le moment d'investir

Les prix du neuf en hausse constante depuis six mois en Ile-De-France

La pression sur les prix du neuf reprend depuis six mois en région parisienne. Sur plus d'une cinquantaine de villes très dynamiques en matière de promotion immobilière*, les prix sont en hausse dans plus des trois-quarts. Seule une douzaine de villes enregistre des baisses sur cette période. Il faut compter 294.500 euros en ce mois de janvier pour devenir propriétaire d'un trois-pièces en Ile-de-France, c'est 10.000 euros de plus qu'en août dernier, soit près de 3.5 % d'augmentation en six mois. C'est ce qui ressort du baromètre Vianova Groupe, spécialisé dans l'immobilier neuf, avec plus de 1.150 programmes neufs répertoriés en région parisienne.

L'accalmie sur les prix du neuf constatée par les promoteurs immobiliers au troisième trimestre 2017 en Ile-de-France semble donc bien lointaine.

C'est le cas également à Paris, qui suit la tendance francilienne. « Alors que jusqu'ici, les prix du neuf dans la capitale étaient restés plutôt sages en comparaison des prix de l'ancien, la tendance semble tout autre ces derniers mois», d'après Gilles Huguenin, PDG de Vianova Groupe.

En effet, en six mois, toutes les typologies de logements neufs enregistrent de fortes hausses : +15,30 % pour un deux-pièces, +14,30 % pour un quatre-pièces, +9,30 % pour un studio. Compter en moyenne 716 000 euros pour acquérir un trois-pièces dans la capitale, soit +3,30 % en six mois et +6,65 % en un an. 

Mais les écarts sont très importants à Paris. Il est possible d'acheter un trois-pièces à 390.000 euros dans le 18ème arrondissement, alors que des biens d'exception dépassent les 1,2 million d'euros dans les 5ème et 7ème arrondissement. 

Top 5 des villes les plus et les moins chères

Les plus chères :

1) Paris : 716.000 euros, 2) Issy-les-Moulineaux (92) : 550.200 euros, 3) Puteaux (92) : 466.600 euros, 4) Nogent-Sur-Marne (94) : 435.600 euros, 5) Suresnes (92) 427.400 euros

Les moins chères :

1) Trappes (78) : 175.400 euros, 2) Sarcelles (91) : 177.400 euros, 3) Melun (77) : 179.300 euros, 4) Meaux (77) : 183.700 euros, 5) Corbeil-Essonnes (91) : 184.200 euros

Prix moyen d'un appartement neuf T3*

Après Paris, la pression est particulièrement importante dans les Hauts-de-Seine. Les hausses de prix sont supérieures à 8 % à Antony, Clamart, Colombes et aucune baisse n'est à noter parmi la douzaine de villes les plus bâtisseuses.

Ce département francilien place même trois autres villes dans le top 5 des villes les plus chères d'Ile-de-France (encadré), comme à Issy-les-Moulineaux où il faut débourser en ce mois de janvier 550.000 euros pour acquérir un trois-pièces. Hormis Paris, qui reste toujours sur la plus haute marche, seule la ville de Nogent-sur-Marne, dans le 94, parvient à s'installer durablement dans ce classement avec un trois-pièces à 435.600 euros.

La Seine-Saint-Denis attend les JO 2024

Seul département francilien à enregistrer d'importantes baisses des prix : la Seine-Saint-Denis, avec quatre villes dans le top 10 des plus fortes baisses : Villepinte, Rosny-sous-Bois, Noisy-le-Sec, Saint-Denis. « Pas encore d'effet JO 2024, ni d'effet Grand Paris Express comme, par exemple, à Saint-Denis qui sera pourtant l'une des gares centrales du futur métro automatique, tout en accueillant le village olympique », selon un confrère.

A Rosny-sous-Bois, là aussi, malgré une future forte connexion du futur métro et du RER E, la chute des prix du neuf se poursuit depuis plus d'un an, de presque 9 %, le 3 pièces passant de 273.500 euros à 249.300 euros. A l'inverse, Saint-Ouen (93) voit ses prix s'envoler de + 10 % à plus de 327.000 euros pour un trois-pièces.

Demandez une expertise complète de votre ville favorite en remplissant le formulaire de contact, et obtebez un rendez-vous avec un spécialiste de l'investissement dans le neuf.

A lire aussi